Comment distribuer la parole en regroupement. Ou pourquoi je n’interroge pas souvent les élèves qui lèvent la main, et que faire à la place.

Le classique à l’école, c’est « on lève la main pour parler ». C’est une méthode qui peut être très efficace pour distribuer la parole aux enfants qui lèvent la main. Et c’est bien là sa plus grande limite.

A quoi sert le regroupement en maternelle

Les regroupements sont des moments clés dans la journée et la vie d’une classe de maternelle. On y apprend à « faire groupe », à parler devant les autres, à donner son avis et à écouter celui des autres. C’est ici qu’on parle de ce qu’on va faire, de ce qu’on a fait. En regroupement, on écoute des histoires et on y apprend des nouveaux mots.

Ce sont des moments ou les élèves travaillent sur plusieurs compétences.à la fois, et acquièrent beaucoup de connaissances! Il est très important que ce soient des moments propices aux apprentissages pour tous.

Cela implique que:

  • L’ambiance doit être relativement calme, sans interruptions.
  • Tous les élèves doivent se sentir concernés, participer.

Maintenant que la mission est claire, on va voir comment on peut s’y prendre!

Pourquoi appeler les enfants qui lèvent la main ne marche pas

Un enfant de maternelle est attentif quand il est intéressé et se sent concerné par ce qui se passe. Leur cerveau étant encore en cours de maturation. Beaucoup n’ont pas encore cette capacité que nous avons, adultes, à rester assis calmement en attendant que ça se passe quand ça ne nous intéresse pas trop.

Pour la plupart des enfants, soit ils sont activement engagés dans l’activité, soit ils sont en train de rêvasser ou de déranger.

Comme vous vous adressez à 25 enfants simultanément, c’est difficile de garder tout le monde activement engagé en tout temps. Lors d’un regroupement, il y aura toujours des élèves qui vont penser à autre chose à un moment donné. Ils vont voir le tshirt à paillettes de leur camarade et avoir envie de le toucher, ils vont sentir un besoin incompressible de bouger. Ou ils vont partir dans leur merveilleux monde intérieur et lutter contre des dinosaures. Ces enfants là, quand vous allez poser une question au groupe, ils ne vont pas lever la main. Pour distribuer la parole en regroupement, il faudra aller les chercher.

Interroger uniquement les enfants qui lèvent la main entretien une boucle de désengagement pour les élèves moins attentifs. Non seulement ils ne sont pas « rappelés à l’action », mais ils sont confortés dans le fait que, sans action de leur part, personne ne viendra demander leur avis et ils peuvent rester dans leurs rêveries.

Appeler un enfant qui commence à se désengager est une excellent moyen de le ramener à l’activité de façon positive, de lu montrer que son avis compte et que vous avez envie qu’il soit « avec vous ». C’est aussi une technique de prévention des comportements hors cadre très puissante, car un enfant qui répond à une question sur le livre qu’on vient de lire, c’est un enfant qui ne papote pas avec son voisin.

Des techniques pour distribuer – vraiment – la parole

La technique la plus simple pour distribuer la parole, qui ne nécessite aucun matériel ou préparation, est simplement de poser la question directement à un enfant. « Inès, tu sais quel jour nous sommes aujourd’hui? ». « Marcus, qu’est-ce que tu vois sur la couverture du livre? Tu crois que ça va parler de quoi? ».

Cela permet d’aller chercher l’enfant qui commence à « partir », ou simplement l’enfant qui est timide et qui ne va pas se proposer spontanément pour répondre. Comme notre but est d’encourager la prise de parole, on prend soin de poser des questions plutôt faciles aux très timides, des questions fermées par exemple. Si prendre la parole devant le groupe est déjà difficile pour eux, on ne va pas ajouter une difficulté en posant une question complexe. Au fur et à mesure qu’ils se sentent plus à l’aise, on commence à les interroger comme tout le monde.

On peut aussi utiliser des techniques de tirage au sort, avec des bâtons où on écrit le prénom des enfants par exemple. On peut ensuite les ranger dans un deuxième pot pour être sûrs d’appeler « tout le monde » à un moment donné.

Quand on a une question simple à poser à tout le groupe, on peut faire le tour, très littéralement. Par exemple « tu viendras déguisé en quoi pour le carnaval? ». Je commence à ma droite et on fait le tour. Pour ce type de question, comme la plupart des enfants on TRES envie de répondre, ce système a l’avantage de réguler l’attente (on sait qu’on va passer, on sait même quand on va passer).

Et puis bien sûr, quand un enfant lève la main désespérément en se tortillant dans tous les sens car il a très envie d’ajouter quelque chose, on peut aussi l’appeler! L’important est simplement de ne pas laisser quelques enfants dominer 90% du regroupement.

En quelques mots, ce qu’on peut garder en tête pour distribuer la parole en regroupement:

  • Nous avons besoin de garder tous nos élèves engagés pendant le regroupement.
  • Quand on interroge un élève qui lève la main, on sollicite un enfant qui était déjà engagé dans l’activité.
  • Interroger les élèves qui se désengagent est un moyen très efficace de les ramener dans l’activité.
  • Choisir les élèves qu’on interroge plutôt que leur dire de lever la main nous permet de distribuer la parole à tous, pas qu’à ceux qui sont spontanément volontaires.

Envie de trouver plus d’idées? Cette vidéo d’Emilie sur le coin regroupement est vraiment super aussi. Et pour mettre en place un système de gestion de classe (et pas que du regroupement!) respectueux et efficace, vous pouvez explorer ces articles par ici.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *